Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Vibraphonyx

Les Eurockéennes de Belfort | Deuxième Jour

23 Septembre 2012 , Rédigé par vibraphonyx Publié dans #Première vie

http://www.eurockeennes.fr/images/2012photos/vendredi/ndohr1.jpg

photo : www.nicolasdohr.com

 

 

 

 

Après une bonne nuit de sommeil nécessaire, c'est un camping accueillant qui nous permet de commencer cette journée tout en douceur. Sous un soleil accablant, une douche glacée, une renaissance. Petit déjeuné, pastèque ou melon, sandwichs et autres, sont proposés. Beach volley, jeux de société sont également mis à disposition pour le plaisir des festivaliers. Mais c'est l'ombre du chapiteau du Bar qui a le plus de succès. Nous y décortiquons le programme, tout en nous désaltérant.

 

http://1.bp.blogspot.com/-tjP6-YR4IqA/T0l1LxXHI3I/AAAAAAAAICs/k6cU6PI7WzQ/s1600/sallie-ford-and-the-sound-outside.jpg

 

Après un rapide tour à l'espace presse, les concerts commencent déjà. C'est Sallie Ford and the sound outside qui débute sur la grande scène. Ce groupe, qui a le vent en poupe en ce moment, enchaîne une belle tournée en France entre salles de concerts et festivals. Pourtant nous sommes déçu de leur prestation. On ressent un décalage avec les capacités du groupe. Peut être que le fait de jouer en ouverture sur la grande scène le samedi en est une cause.

 

http://www.cotecaen.fr/files/2011/09/P5-Jesus-470x313.jpg

 

Nous passons donc rapidement au concert de Jesus Christ Fashion Barbe sur la Plage. A la dégaine du chanteur, on pourrait s'attendre à un groupe de Folk, mais il n'en n'est rien. C'est un Rock au côté Brut, mais plein de finesse qui est joué. La voix nous rappelle terriblement celle d'un chanteur d'un autre groupe, dont nous ne retrouverons le nom que le lendemain... Editors. On pourrait aussi citer We were promised Jetpacks et Interpol.

 

http://nicolameighan.files.wordpress.com/2012/01/francois-atlas-mountains.jpg

 

Il nous faut ensuite retraverser tout le festival pour aller voir François and The Atlas Mountain. Après une première écoute discrète et une mise en attente abusive, nous concentrons toute notre attention sur ce concert. Sur la petite et intimiste scène dite Club Logia, les couleurs dansent. C'est une ballade enchantée dans les montagnes de L'Atlas que nous permet François. Tantôt en français, tantôt en anglais, de sa voix efféminée, mais pleine de virilité, il nous berce vers un monde exotique, nous mène sur un chemin instrumental unique. Ce bouillonnement de cultures d'Afrique, d'Amérique du sud, d'Asie, mélangé à une pop européenne, enchante, ravi. Instruments issus de la récupération, traditionnelles, basiques, font sonner chaque morceau juste, exact, parfaitement.

 

http://needlehitsthegroove.files.wordpress.com/2012/02/django_tomoldham01-686x437.jpg

 

De retour sur la scène bondée de La Plage, C'est Django Django qui attire la foule. Trop loin de la scène nous n'avons pu profiter correctement du concert. On attend donc de les revoir dans un lieu plus intimiste, pour mieux vivre leur univers. Déçu, nos ventres commencent à gargouiller.

Une pause pour manger, pâtes poulet curry au bar de l'espace presse face au lac tranquille.

 

L’événement du samedi soir attendu de tous démarre sur la Plage, toujours sous un ciel dégagé et un soleil brillant. Le concept, une soirée entière dite Electro. On ne sait à quoi s’attendre et nous nous y rendons curieux. L’ouverture est faite par une présentatrice presque grotesque, totalement inutile. Une autre incompréhension : Pourquoi Electric Guest dans une soirée électro ? Bref, on laisse couler pour simplement profiter de la soirée, car on est tout de même ravi de voir Electric Guest en live.

 

http://c400862.r62.cf1.rackcdn.com/wp-content/uploads/2012/04/Electric-Guest-3.jpg

 

Un concert plaisant, fidèle au studio, peut être un peu trop, mais un côté audacieux charmeur. L’inexpérience du groupe se fait quand même entendre. On ne s'y attache pas, car cette remarque sera vite oubliée.

 

http://userserve-ak.last.fm/serve/500/38296003/Kavinsky.jpg

 

Rapidement l'atmosphère change. Sur les écrans géants, l'alerte orage, est confirmée. Mais c'est Kavinsky, le fameux Dj, de plus en plus connu et reconnu depuis sa co-participation pour la BO de Drive, qui fait éclater la tempête. Noir de monde, on ne voit plus le sable. Réfugié sur les barrières de la régie, on est encore bousculé par la déferlante d'excités qui arrive. L'euphorie est seule maîtresse de la foule. Sans que personne s'en inquiète, des éclairs magnifiques mais effrayants décorent le panorama. Un vent taquin se lève. Un technicien vient annoncer à l'oreille de Kavinsky qu'il faut interrompre le concert. L'orage se rapproche, bien décidé à être de la partie ce soir. Le Dj coupe net la chanson en cours pour lancer Nightcall, la fameuse. Un crachin se présente. Kavinsky ne veut pas quitter la scène. Les gouttes grossissent, la foule résiste. Les éclairs se font de plus en plus proches. L'ambiance devient apocalyptique .C'est alors qu'une pluie intense chasse les innombrables déçus, qui tentent tant bien que mal de se réfugier sous un abri de fortune. Trempé en deux secondes, nous courons vers un coin à l'abri, de l'espace presse. Ce sont les toilettes qui nous accueillent, et nous ne sommes pas seuls. Bénévoles et autres invités profitent également de cet endroit sec. L'ambiance est à la rigolade, car apparemment, les Eurocks sans la pluie, ce n'est pas vraiment les Eurocks. Une légère accalmie nous permet de retourner à la plage. Tous les concerts ont été stoppés.

 

http://www.welovedc.com/wp-content/uploads/2012/09/miike-snow.jpeg

 

Seul Miike Snow reprend sur la GreenRoom. Mais le déluge recommence. Et hop, nous revoilà dans les mêmes toilettes, avec … les même personnes. On discute, on se marre, on surprend même deux bénévoles qui ne s'attendaient pas à trouver autant de monde à la sortie de leur moment intime.

 

http://1.bp.blogspot.com/-Wk-8hqBxniw/TtKaRZrX0aI/AAAAAAAAK6A/U0K_0kFASkA/s1600/cure.jpg

 

La pluie s'arrête, The Cure commence, une demi heure en retard. Seul les courageux sont restés, il y a peu de monde devant la scène (par rapport à ce qu'il y aurait pu avoir). Nous sommes détrempés, transis, mais heureux, jubilant. Malgré leur âge, le concert est une performance. Deux heures trente enchaînant cold-wave, rock psyché et Brittpop. Boy's don't cry termine ce concert, presque parfait si ce n'est un peu trop long.

 

http://invites.villeurbanne.fr/wp-content/uploads/2012/05/marie_madeleine_credit_seb_grisey_BD_01-427x285.jpg

 

 

http://thescenestar.typepad.com/.a/6a00d8341c7a7453ef01543788887a970c-400wi

 

Petite pause, assis avec Marie Madeleine, en fond sonore. Justice prend la suite. Un concert satisfaisant, sans coup d'éclat et qui ne nous fera pas rester jusqu'à la fin. On apprendra le lendemain que le groupe stressait d'une si grande scène dans un si prestigieux festival. On retiendra tout de même un décor scénique très travaillé ! Un pain saucisson café généreusement offert par nos charmants voisins, nous délasse avant d'aller se coucher. Rincés, des étoiles pleins les yeux, le claquement de gouttes de pluie sur la tente, Morphée est à l'heure.

 

Aurel&Fanch

Partager cet article

Commenter cet article