Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Vibraphonyx

Saint-Michel | Interview

3 Juin 2012 , Rédigé par vibraphonyx Publié dans #Anciennes Interviews

http://www.frenchtouchmusic.com/wp-content/uploads/2012/11/Saint-Michel-in-New-York.jpg

frenchtouchmusic.com

 

 

dewplayer:http://www.fileden.com/files/2012/4/18/3293733/Saint%20michel.mp3&

 

 

Quel âge a le projet Saint-Michel ?

 

Émile : Ça fait un an qu'on bosse sur le projet mais après, ça fait plus longtemps qu'on se connaît et qu'on fait de la musique ensemble. On a appris à se connaître avant la création du projet.

 

A quel âge avez vous commencé la musique ? Avec quels instruments ?

 

Émile : J'ai commencé il y a une dizaine d'année à la guitare. Je ne me suis mis à la basse que récemment pour le projet Saint-Michel. Je pense que j'en fait d'ailleurs de manière pas très conventionnelle, un peu atypique.

 

Philippe : Mais je pense que c'est cool, ça créer des accidents. Et puis de toute façon, on n'est pas des musiciens de classique. On n'est pas dans un style élitiste ou difficile techniquement. On peut se contenter, techniquement, de ne pas savoir jouer certains instruments. Parce qu'on est plus dans le truc technologique des machines, de la bidouille, des sons.

 

Vous n'avez jamais suivi des cours de solfège ?

 

Émile : Moi j'en sors justement, enfin j'y suis encore mais plus trop du coup, au conservatoire. Mais je n'ai jamais trop bossé ça, je me suis toujours fait un peu chier finalement.

 

Philippe : Moi je n'ai jamais eu aucune formation de cours de conservatoire ou de solfège. Donc du coup j'ai développé des trucs à l'oreille, à l'écoute. J'ai ma sensibilité là dessus et ça me suffit pour trouver des choses belles ou moins belles.

 

Tu as d'ailleurs une voix incroyable, tu as toujours chanté ?

 

Philippe :Oui, je crois. Mais je me rappelle quand j'ai commencé à chanter, c'était vraiment horrible. Je me suis mis à chanter un peu étant ado, en jouant de la guitare pour draguer des meufs, tout simplement, pour emballer. Et je me rappelle que c'était affreux. Mais ça ne m'a pas empêcher d'emballer.

 

Vous tournez actuellement avec Revolver. Comment vous êtes vous rencontrés ?

 

C'est grâce à notre tourneur. On a joué une première fois ensemble à la Maroquinerie, c'était notre tout premier concert, on était un peu stressé donc on a pas beaucoup parlé ce soir là mais maintenant c'est plus cool, on passe nos journées ensemble. Tu bois un dernier verre, tu discutes. Et là tu as des moments.

 

Le groupe existe donc depuis un an et un EP est déjà disponible, c'est assez rapide non ?

 

Ouai c'est allé assez vite, on a rencontré un producteur alors qu'on ne faisait que des démos. Il nous a dit de revenir le voir un peu plus tard, quand ce sera un peu plus avancé.

 

Ça veut dire que dès la création du groupe l'objectif était de décoller rapidement ?

 

Bien sur, c'est clair que le but, c'est d'arriver à en faire sa vie. En plus avec ce projet la, il y a encore plein de choses à faire, plein d'étapes à passer. Mais pour l'instant ça se passe vite et bien.

 

Un album de prévu alors ?

 

On part au mois de juin, enregistrer. On ne sait pas encore où. Peut-être chez le père d’Émile, qui est un mec un peu dingue et génial.

 

D'où vient le nom Saint-Michel ?

 

Ça vient des Beatles, de la station RER, du fait que je vienne de Versailles. Et puis on voulait que ça sonne français, un peu parisien. Il fallait que ça sonne cool mais surtout prononcé par un anglais qui ne parle pas très bien français. On est admiratif de la culture anglo-saxonne et, au début, on cherchait des noms trop pourris et puis on s'est finalement dit qu'on allait choisir un truc bien français.

 

Pour vous musique rime avec ?

 

Philippe : Avec tout plein de moments, à la vie en général. Pour moi la musique, ça rime avec le quotidien, à chaque instant. Tu es dans une voiture, tu te balades, tu sors ton casque, tu penses à une meuf. Le soir, tu rentres chez toi, tu vas te caler un vinyle, tu vas penser encore à autre chose.

 

Émile : Pour moi la musique accompagne plein de moments et me font penser à plein de moments précis de ma vie ou à des personnes.

 

Philippe : Je dirais même que musique rime avec projecteur, parce que c'est comme une espèce de coup d'éclairage, ça sublime, ça amplifie la sensation que tu vis. D'ailleurs un truc super cliché mais on l'a tous fait, c'est genre avec une chanson triste, il pleut et tu regardes derrière une vitre et t'y crois, tu te dis « Putain c'est beau. Putain mais ça claque. », «  Putain je suis triste, c'est le gros bad. Putain je me suis fait larguer c'est beau ».

 

Aurel & Fanch 

 

 

 



 
 

Partager cet article

Commenter cet article