Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Vibraphonyx

Un an de L’Echonova

4 Mai 2011 , Rédigé par vibraphonyx Publié dans #Première vie

40X60 BQ (1)

 

 

Après le délice The Do, l’Echonova représentait la qualité en matière de concert ! Dur, donc de rater les "Un an" d’autant plus que la programmation était alléchante.

 

3661585826941

 

 

Cette Joyeuse soirée commence par la charmante Ladylike Lily,

 

Une jeune femme sur scène, une très jolie jeune femme. On nous avait parlé de légèreté, de douce folk, rien n’y manquait et mieux encore nous attendait. Encore une fois Fanch et moi tombons amoureux. Comme une légère brise, cette belle folk nous caresse les oreilles. Mais si la tristesse accompagnée par une guitare noir est très bien retransmise, le rire l’est autant avec la petite guitare électrique orange. On se rapproche de plus en plus de la scène et on déguste ces jolies délicatesses musicales.

 

true-live-93a8

True Live débarque ensuite !

Grosse découverte. On se demandait vraiment ce que ça allait donner. Et bien nous n’avons pas été déçus. Un violoncelliste, un violoniste, un  pianiste, un contrebassiste, un batteur et un chanteur, chacun d’eux, de formation classique, donnant dans le Rap. Mes oreilles ont du mal à y croire tellement la justesse dans le groove, l’ajustement des instruments, le débit du chanteur, est parfait.  Une claque ? Une énorme claque, oui ! Si ces Australiens nous font l’honneur de repasser dans le coin, ne réfléchissez pas, allez y ! Et pour le prix ? Comme dit Fanch : “ Quand on aime on ne compte pas ! “.  Une phrase, une idée, qui nous a beaucoup marquée prononcée par le pianistedu groupe : « S’il vous plait écouter notre musique, que vous achetiez un album, téléchargiez légalement ou illégalement, écoutez ce qu’on fait merci ! » Et ce n’était pas fini.

 

hushpuppies210311

Hushpuppies ,

 

Tête d’affiche … qui ne le mérite pas ce soir là. On ne vous dira pas que c'est mauvais, mais plutôt qu’on n’apprécie pas. Effectivement au bout de trois minutes, Fanch et moi avons déguerpi. Plus tard j’ai tout de même réécouté de manière un peu plus objective pour me faire une vraie idée. On ne peut pas dire qu’il n’y a rien, mais pour moi ce groupe doit progresser et acquérir une particularité.

 

true-live.jpg

 

Et Hop nous nous retrouvons dans le hall (assez peuplé), et quelle surprise de voir True Live signant des autographes ! Le pianiste passe, Fanch le top et discute un peu avec (je suis à côté j’écoute, je comprends mais je ne parle pas assez bien encore l’anglais). Nous allons ensuite vers le chanteur et le violoncelliste debout derrière une table pour vendre des albums. Fanch commence à discuter j’acquiesce, lance quelque “yes“, il leur propose de fumer une clope, ils acceptent. Nous avons finalement bien discuté avec eux, dans l’espace fumeur près du public. Je suis encore aujourd’hui étonné qu’une seule personne sois venue les remercier et parler avec eux à ce moment là. Un groupe très humain, très talentueux que demander de plus ?! 

 

 

3251 evenement-lyre-le-temps-decouverte-du-printemps-de-bou

 

Lyre Le Temps … !

 

J’ai dit a Fanch pendant True live : “Tu ne bouges pas trop en concert toi ? Non, je profite tranquillement “  m'avait t’il répondu, “Pendant Lyre le temps tu n’aura pas le choix de bouger !“ Et il a bien dansé ! Il est effectivement difficile de ne pas se trémousser sur ces swings, ces images qui défilent sur l’écran ! Ce n’est pas pour rien que Lyre le temps passe toujours en dernier même après les têtes d’affiches, ça déménage tellement que les gens trouveraient le concert qui suit futile et ennuyeux ! 

 

Nous en avons profité pour demander une interview que vous pouvez retrouver sur le Blog.

Quelques mot échangé avec Ladylike Lily, un cd particulièrement dédicacé, une affiche offerte, une interview bientôt !

 

ladylike lily   Ladylike-Lily-Presse-1-1.jpg

Voila ce qui explique notre signature a la fin de l'article de création.

 

Une excellente soirée a tout point de vue !

 

                                                                                                                                                  

                                                                                            Aurel.

Partager cet article

Commenter cet article